Les origines

    1- Patrick, d'où vous vient cette idée de maison ronde ?
C'est un ensemble de plusieurs circonstances et passions qui m'ont conduit à cette création.

Je suis issu d'une famille du bâtiment, mon grand-père était italien; fuyant le fascisme il est venu s'installer en France comme calorifugeur, utilisant alors déjà le liège pour isoler les tuyauteries. Mes parents ont longtemps poursuivi cette activité avant de se lancer dans l'artisanat d'art faisant de leurs passions leur travail. Ils m'ont apporté l'importance du respect du vivant mais aussi du travail.

C'est certainement la nature qui m'a sensibilisé à ces formes douces, sphériques.
Regardons les coquillages, les graines, les terriers, les nids ...
Un univers totalement courbe !
Une constante de la création, des unicellulaires jusqu'aux galaxies.

Il y a aussi eu l'évidence des habitats traditionnels : case, yourte, igloo, wigwam.
A toutes les époques et sous toutes les latitudes, les hommes ont utilisé le cercle dans leurs constructions.
La pensée carrée, essentiellement romaine a perdu à mon avis en convivialité, en humanité.

Vers l'âge de quatorze ans, j'ai commencé à imaginer des formes; à l'époque je me passionnais pour l'architecture sacrée, en particulier celle des pyramides dont je cherchais à comprendre les surprenants effets, observables sur les maquettes que je réalisais.

J'ai aussi passé de nombreuses heures dans des cathédrales, et travaillé longuement sur les proportions harmonieuses pour créer un habitat entièrement régulé selon des nombres d'or.


Synthèse des premières esquisses de conception du Domespace par Patrick MARSILLI

Depuis la création de Domespace, lors de salons, des visiteurs, non sans une pointe d'humour, parfois de remord,, me disent: "Vous m'avez piqué mon idée".
A l'évidence, cette innovation d'une structure à la fois ronde, en bois et pouvant tourner avec le soleil est une idée qui était "dans l'air du temps".
Ils évoquent en fait uniquement un des aspects, le plus souvent la rotation.
En pareil cas, je réponds simplement: "Personnellement je n'en suis pas resté à l'idée"
Cela renvoie à la difficulté de faire germer les intuitions pour qu'elles deviennent des réalités disponibles...
A quoi servent les rêves si on ne les réalise pas ?

Le dôme et encore moins la sphère ne sont des concepts récents ! Des esquimaux à Fuller (dôme géodésique) plusieurs concepteurs proposent des sphères comme d'autres déclinent le parallélépipède.

J'ai retrouvé de vieilles photos de 1980 montrant une des maquettes en terre et schiste que j'avais alors réalisée pour m'aider à «matérialiser le rêve».

  

Par la suite, j'ai partagé ce rêve avec beaux frères et amis. Nous avions alors rencontré d'autres précurseurs comme Antti Lovag (maison bulle en voile béton) ou Gérard Blin (maisons biotiques sphériques) Le projet de village communautaire ne vit pas le jour et nous décidâmes quelques années plus tard, avec Catherine, à poursuivre seuls.

Dans tous les domaines, l'idée, " l'éclair de génie" ne dure que quelques secondes.
On peut l'exprimer, faire des croquis, accuser la terre entière de na pas avoir pu concrétiser, la difficulté est justement de "matérialiser", d'avoir assez la foi en nos inspirations pour les porter malgré toutes les adversités classiques jusqu'à la pérennité.


Patrick Marsilli en 1987 au lancement de Domespace   

    2 - Pourtant vous vous orientez vers l'éducation ?
Oui, c'est vrai, l'enseignement aura été une autre grande passion même si cela n'a duré que quelques années, pendant lesquelles je consacrais une partie de mon temps libre à des recherches diverses, dont la plupart en rapport avec l'architecture.

    3 - Votre idée première c'était de vendre des DOMESPACE ?
A vrai dire, avec Catherine que j'ai rencontré à seize ans, notre idée était de construire un habitat pour y abriter notre famille, un peu comme un nid (qui est aussi une forme ronde).
Après la réalisation de plans je suis passé aux maquettes qui ont finalement intéressé deux amis avec qui nous avons lancé une petite entreprise en raclant les fonds de tiroirs et en trouvant - après vingt-sept échecs - enfin une banque qui a permis de démarrer...
En 1988, à la construction du prototype, nous avons reçu beaucoup de visiteurs. Devant l'enthousiasme provoqué par ce nouvel habitat nous avons pensé que le développement de cette architecture serait rapide ...

    4 - D'où vous vient l'idée de la rotation ?
Aussi incroyable que cela puisse paraître, ce sont des optimisations de la construction qui ont amené cette option. En effet, construire à partir d'un quai d'assemblage au lieu de tourner autour de la construction permet une technique de montage très performante qui évite de labourer le terrain autour de la maison. Rapidement l'idée a germé de la proposer comme option pertinente.

    5 - DOMESPACE, c'est la maison du futur ?
Je pense que DOMESPACE est une architecture contemporaine. C'est une maison en bois, un matériau recyclable, qui utilise des composants propres. C'est une maison intelligente et pas seulement parce qu'elle tourne en suivant la course du soleil !

DOMESPACE intègre la domotique, s'adapte à l'énergie solaire, est para-sismique, para-cyclonique, limite la radioactivité. Le DOMESPACE de la gamme Harmonique est surélevé, donc à l'abri des remontées d'humidité ou des inondations.

C'est un habitat qui est en train de devenir, après vingt années, un classique référencé, disponible pour ceux qui rêvent d'un futur convivial, chaleureux et nécessairement respectueux de notre planète.

    6 - Qui achète un DOMESPACE ?
Les motivations sont différentes selon l'origine géographique. En Europe nos clients sont plutôt motivés par tout ce qui touche à l'aspect écologique, les matériaux propres et recyclables, en Asie du sud-est c'est l'argument anti-sismique; sur le continent américain c'est aussi le côté fun de la rotation. Une chose est sûre, DOMESPACE ne laisse pas indifférent et trouve des résonances dans différentes cultures.

  7 - Selon vous, à quoi ressembleront les villes du futur ?
Cela ne vous surprendra pas, je vois des courbes, des villes où le vivant sera davantage présent, où les moyens de transport seront silencieux, propres, recyclables, incapables de renverser un enfant.
Je rêve de villages reliés plutôt que de mégapoles génératrices de folies diverses.
Je vois des matériaux chaleureux, une architecture moins orgueilleuse, moins visible, plus intégrée.
L'homme a besoin d'espace, de respiration, il doit retrouver sa relation guérisseuse avec la création dont il fait partie intégrante .
Je rêve et je réfléchis aussi depuis longtemps dans d'autres secteurs que la construction comme le transport pour participer à de réelles transformations. Je commence à présenter ces réflexions.

    8 - Votre souhait pour demain ?
J'estimerai que nous aurons bouclé une étape importante lorsque DOMESPACE pourra participer à des actions humanitaires proches ou lointaines, à de vastes programmes de replantation, aider de jeunes créateurs à éviter certaines difficultés ...
Nous aurons réussi lorsque%20les DOMESPACE seront finalement, comme les moulins à vent stupéfiants en d'autres époques, classés monuments historiques !